Search

Route des hommes
Sahara – Route des hommes n’est pas un travail sur les paysages. C’est un travail sur l’homme. Sur sa vanité, son hybris, sa gourmandise. La série de photographies qui suit s’attache à inscrire dans les mémoires l’impermanence des constructions humaines.

Le Sahara est ici documenté sur l’axe nord-sud de la nationale 1 au Maroc, au Sahara Occidental et sur la Nationale 2 en Mauritanie – des sables sahéliens de Tan-Tan jusqu’à Nouakchott, capitale mauritanienne et début du Sahel – dans ces mêmes sables qui, dans l’imaginaire collectif, sont synonyme de vide, de liberté, «  à mille miles de toute terre habitée ».

Il n’en est rien, en réalité. Le Sahara est politique, habité, exploité. D’un espace libre, où nomadisaient et s’auto-régulaient les tribus des Maures au gré des pâturages et des pluies, le Sahara , à l’orée du XXe siècle, est devenu un jardin où l’homme veut laisser sa trace.

S’y exerce aujourd’hui une pression anthropique visible et protéiforme : des villes-verrues émergent ex nihilo, les constructions inachevées maculent les bords de la route ; le goudron crée des balafres sur les regs ; l’industrie transforme le territoire. Le voyageur nomadisant dans la région le voit bien : le Sahara porte les stigmates des volontés humaines.

 

 

Category:
Date: